Aller au contenu

kanibal

kanibal

Inscrit(e) (le) 16 mai 2011
OFFLINE Dernière activité 22 févr. 2019 13:31
-----

#181212 Berlusconi, Silvio

Posté Beheme - 13 avril 2013 - 11:04

Légère erreur de communication, famélique maladresse dans le choix des mots à la rigueur, mais je ne crois pas qu'il faille incriminer Barbara Berlusconi pour cela. Je ne lis pas, dans cette réponse "Il Milan è da sempre un club a vocazione europea e dovrà continuare ad esserlo. Essere sempre in Champions League, non vuol dire vincerla sempre, ma giocarla ogni anno. Senza questo risultato non possiamo essere soddisfatti." un manque d'ambition, loin de là. Je vois une ligne directrice cohérente et un constat sportif lucide. On ne peut pas aspirer chaque année à gagner la Ligue des Champions, il en est impossible pour tout club : le football est fait de cycles, de temps forts, temps faibles. La concurrence en Europe est telle que vaincre dépend aussi de paramètres extérieurs ; mais dès lors qu'elle annonce qu'il est un devoir pour le Milan de participer à cette compétition, le sous-entendu de la victoire est directement placé. Il constitue par conséquent un faux-procès que de la considérer comme étant petit bras, simplement à la lecture de cette phrase. Et, outre ce point de détail relativement critiquable peu important, l'interview est d'une absolue perfection : elle insiste sur le développement économique sain du club, l'attachement "éternel" de la famille Berlusconi, la place centrale des tifosi, l'italianité et le sentiment d'appartenance Lombard, et surtout la primordialité du projet jeune. Des valeurs que chacun partage et avec lesquelles on ne peut qu'être en accord. Ses postures ont toujours été intéressantes, et je ne doute pas de sa pertinence quant à l'approche du football moderne et de sa capacité à remettre l'Institution AC Milan sur de bons rails. L'introniser présidente dans le futur est clairement envisageable et n'apparait pas comme étant une solution farfelue. Je l'attends bien évidemment accompagnée de, par exemple, Paolo Maldini et d'Alessandro Costacurta afin d'insuffler un second souffle dans le rôle de Directeur Sportif (Adriano Galliani et Ariedo Braida n'ayant plus ma confiance) et pour gérer le terrain.